Image




 
Image


Image









 
Page Dédiée à   l'HIVER

 avec Créations et Textes 














 

Image


Image
 


Image
                   

                
Douceur blanche


 
Le silence est tout blanc
Et la terre gelée s'endort
Le vent frappe les flancs
Du vieux chêne aux feuilles d'or
 
Les cristaux recouvrent le banc
Sous la bise glaçant mon corps
Ébouriffant les moineaux en rang
Livrés à leurs tristes sorts
 
Le manteau immaculé de l'étang
Emprisonne un monde qui dort
Pas de douleur, ni cris, ni sang
Véritable parodie de la mort
 
L'hiver et son froid savant
Simule désolation sur le monde d'alors
Mais en mon cœur, tel un volcan
L'amour pour toi brûle très fort
 
Chaleur d'un hier dans l'été d'avant
Languitude de nos âmes en accord
Froideur du cristal dans le matin givrant
Fondante passion sans aucun remords
 
Beauté dans la blancheur du levant
Effaçant, à mes yeux le froid qui mord
Paix sur décembre en mon être rêvant
A la douceur de tes baisers que j'adore.
  marie.C


Image


 
Frimas
 
 
Sous son manteau de silence
L'hiver règne, la vie dort
La recouvrant en apparence
D'innombrable cristaux d'or
 
La bise glacée siffle sa hargne
Tourbillonnent les flocons légers
Sur le carreau que le froid n'épargne
S'ébauche la fine dentelle givrée
 
Dans ce désert blanc infini
Le temps semble suspendu
Souvenir de couleurs définies
Ciel et terre en ligne confondu
 
Plongé dans sa douce léthargie
Le monde est soumis à décembre
En son cœur brûle une liturgie
Du printemps aux lueurs d'ambres

  marie.C


Image



Mélancolie d'hiver
 
L'aube fardée d'un manteau brumeux
S'étire lentement, en cette matinée d'octobre
La nature effacée dans le brouillard silencieux
Offrande d'un monde magique et sobre
 
Les tons mordorés des feuilles agonisantes
Prémices d'une saison qui peu à peu s'installe
Dévoilant comme par magie des toiles étonnantes
Misent en valeur par une rosée blanche hivernale.
 
Bientôt les arbres ne seront plus que spectres
Dessinant dans la pénombre des formes suggestives
L'hiver arrive, et moi spectatrice, derrière les fenêtres
J'admirerais le miracle de cette période végétative.
 
Mélancolie qui pèse sur mon esprit embrumé
La grisaille du dehors imprègne mon âme
Dans la cheminée crépite le bois entravé
Alors que dansent les flammes, grâce d'une fâme.
marie.c


Image


Retour Thème
 
 



Créer un site
Créer un site