Fichier hébergé par Archive-Host.com
 
Dans l'onde dormante d'un printemps oublié 
Insouciance d'aimer, pour deux êtres damnés
Le monde est écrin d'une tendre passion 
L'oiseau blanc, majestueux sublime l'évasion
 
Aux deux mains enchaînées,les regards échangés
Battement unifié, mélodie de l'amour 
La nature est concert, justesse consacrée 
Rendez-vous clandestin,féerie pour atour
 
Oublié l'univers, de lui n'être que deux 
Soleil pour témoin ravissant les visages 
Peu importe le ciel, inconscient et heureux
Unisson des âmes des deux amants volages 
 
Tendresse épuisée dans l'automne venue
La grâce du cygne ne joue plus de reflets 
Romance d'hier, tendresse disparue 
Souvenir d'un amour qui inspire pamphlet.
 
Aimer est miracle quand le cœur est sourd 
N'écoutant que le chant de ses mots de velours 
Mais quand meurt la muse, insufflant le dépit 
L'onde se fait miroir des amants désunis.

?Marie.C




 
 Romance  

 
Aimer est une romance
L'amour est une dentelle que l'on façonne---

 
 
Si j'étais une rose 
Je parfumerais ton destin
Ma corolle engendre la prose
Qui dessinerait ton chemin 
 
Si j'étais un colibri 
Je volerais au firmament 
Emportant tes dépits
Se consumant au levant 
 
Si j'étais un nuage
Je serais cumulus d'été
Sur ta vie ne faisant ombrage
Pour t'apporter réelle satiété
 
Si j'étais une fée
J'exaucerais tous tes voeux 
T'offrant la grâce nymphée
Et allumer l'envie et ses feux 
 
Mais ---je ne suis qu'une femme 
Avec mon amour pour seul présent
Conte embrasé d'une même flamme
Pour faire de notre histoire un roman 
 
?Marie.C


 
 
Orage qui gronde 
Energie libérée
Ton regard qui sonde
Mes désirs cachés
 
Ton souffle sur ma joue
Mes sens en éveil
Deux corps en remous
Baisers au goût de miel
 
Nos coeurs en chamade
Des mains qui emprisonnent
Sons en étouffade
Des peaux qui frissonnent
 
Tes yeux de braises
Gestes doux et fébriles
Le monde en foutaise 
Sous ton amour viril 
 
Partager le plaisir 
Dans la nuit,des râles
Deux âmes en délire
Vers un ciel sans mitrale
 
Dans la complète inertie
La jouissance savourer 
A l'extrême du ressenti
Des délices consumés 
 
?Marie.C  


   


Le feu

 
 
Danse de la flamme
Sur le foyer, caressante
Impétueuse dame
A la robe flamboyante
 
Pure, incandescente
Au velours rougeâtre
Tendresse indécente
Sur la brique de l'âtre
 
Gratifiante chaleur
Tiédeur sur mon corps
Enveloppe de douceur
Aux arômes d'acores
 
Incendie en mon âme
D'une passion dévorante
Apaisant mes larmes
Sage, devenue tolérante
 
Le feu de l'amour
Brûlures sous tes mains
Ma peau est glamour
Appétit surhumain
 
Brasier en mon coeur
Embrasant mes sens
T'aimer est bonheur
De toi, être accense

?Marie.C




 
      Ô ma belle 

 
 
La nuit est un océan d'amertume 
Berçant dans ses eaux noires et profondes
Son flot de souvenirs aux silences posthumes
Où ange et démon à mon âme se confondent.
 
Emblème de ma vie porté par le souffle marin
Beauté pure survolant les crêtes sauvages 
L'aile du goéland,impétueux mandarin
Emporte dans son duvet ton délicieux visage 
 
Dans la langueur de mes ténèbres de solitude
Fermer les yeux, mes sens en éveil et tu es là
Nos étreintes secrètes,nos mots,logorrhée infinitude
Sous la voute céleste ton regard redouble d'éclat 
 
Des heures durant,dans mes bras te retenir 
Prisonnière consentante,de cette geôle dorée
Deux corps soudés par un seul coeur désir 
Le bonheur est cachot d'où je ne veux m'évader 
 
Seuls au monde avec les astres pour horizon et rivage 
Douces caresses tièdes et sucrées du vent de l'amour 
Gonflant les voiles vers une destinée dénuée d'orage
Voyageur de l'infini sur la mer passion sans retour 
 
Le rêve est sourire éphémère aux images cruelles
Oasis enchanteresse dans ma vie asséchée de rivière
En cette nuit vagabonde  vers toi Ô ma belle
L'océan de la félicité s'anime sous mes paupières .
  
?Marie.C



 
 Beauté pure  
 
 
Dans les lueurs pâles d'une nouvelle aube
Le silence règne sur le lac assoupi 
Des canards s'ébattent sur la roue à aube 
Duvet de douceur couvrant l'onde endormie
 
Magnifique spectacle s'offrant à ma vue 
L'aurore enfin s'élève avec éclat 
Maestro rythmant la vie sans nulle bévue
Instant divin digne de Dieu ou son prélat
 
La caresse du vent anime les peupliers
Mélodie fluette au parfum de liberté 
Encenser de fleurs aux atours dépliés 
Paix en mon âme, havre de sérénité
 
Ta main dans la mienne, goûter la féerie
Déposer mes chagrins, mon coeur alléger
Sublimant cet endroit, notre amour aguerri
Horloge de la vie, ton cours je veux figer.

?Marie.C

 


 Parce que----


Ton sourire est un soleil
Etoile veillant mon sommeil
Ta bouche est un fruit vermeil
Chair goûteuse sans pareil

Ta voix est une mélodie
Cristalline sans rhapsodie
Sirène au chant comédie
Pour Ulysse simple parodie

Ton visage est une aurore
Baignée de couleurs d'ellébore
Horizon dénué de météore
L'aube, renouveau que j'adore

Ton corps est une sculpture
Sylphe,divine créature
Ligne parfaite sans rature
Te dessiner est dictature

Ton coeur est un trésor
Convoitise du condor
Sur sa beauté point de tchador
Ton amour est un rêve d'or

Pour tout cela , t'aimer est un cadeau--



?Marie.C





La chanson du vent


Jouant dans les branches décharnées
Tu chantes, une harmonieuse mélodie.
Complainte, en mon cœur offensé
Dans la tristesse d'une longue agonie.

Rideau velours d'une nuit claire d'été
Les étoiles scintillent sur mes vers
Comme une mélopée berçant l'éternité.
Ton souffle colporte le flux de la mer

Au romantisme de cet instant magique
Avide, mon âme lascive te rejoint.
Le rêve, comme une réalité féerique
Nous ramène sur le sable chaud de juin

Blotti au creux de tes bras tendresse
Le silence, oublie les mots superflu.
Une vague de bonheur enchanteresse,
Épure mes blessures d'un passé révolu

Murmure en mon corps languissant
Je me souviens de tes mots douceur
Sur ma peau, le désir grandissant
Mes pensées deviennent ferveur.

Dans la douce harmonie du vent
J'écoute les souvenirs enchantés
Romance d'une rose des vents
En mon être à jamais gravée.


?Marie.C




 
Page suivante   >
 
 



Créer un site
Créer un site